Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 avril 2011 2 26 /04 /avril /2011 15:01

pouruDans sa séance du 12 avril, le conseil municipal de Pouru St Rémy a formulé le voeu du maintien et du développement de l'offre de soins dans les Ardennes.

Le 28 mars, le conseil municipal de Sedan avait voté une motion au directeur de l'ARS pour la défense, le maintien et la promotion de l’hôpital de Sedan dans toutes ses structures, services, capacités d’accueil et emplois :
La lettre que vous avez transmise le 7 Février 2011 aux 2 Directeurs des Hôpitaux de Sedan et Charleville ainsi qu’à celui de la Clinique du Parc concernant l’ élaboration pour le 15 mars de scénarii de regroupements , les exigences , critères et échéances pour la mise en place de plan d’action que vous avez imposés ,posent de très graves questions concernant vos objectifs et la pérennité de l’Hôpital de Sedan, de ses services , capacités d’accueil et emplois .
Le conseil municipal de Sedan, réuni ce 28 Mars 2011, appelle votre attention sur le danger de santé publique que représenterait pour la réponse aux besoins de santé des Usagers du bassin Sedanais et particulièrement dans la situation socioéconomique délétère que nous connaissons, toute délocalisation, fermeture, regroupement ou fusion de service
Ces mesures réduiraient de fait l’offre de soins sur notre secteur de santé et généreraient de graves difficultés et risques pour les Usagers, elles seraient à la fois un facteur d’inégalités et de privation d’accès aux soins de la population du sedanais.
Elles aggraveraient fortement la situation de l’emploi dans notre Ville.
Les clauses « d’exclusivité » et de « partage d’activité sur un même site »  supprimeraient de fait des pans entiers de soins qui seraient très préjudiciables pour les Usagers du plus petit au plus grand âge
Ce serait dramatique tant sur le secteur de santé du Sedanais que sur celui de Charleville. Chaque territoire de santé doit avoir les moyens de répondre en toutes circonstances à tous les besoins de tous les Usagers24 H /24 H et 365 jours par an.
Le Conseil municipal de Sedan ,attaché au respect du droit fondamental de l’accès à la santé pour tous dans des conditions respectueuses de l’évolution des sciences et des techniques , de la qualité et de la sécurité des soins ,demande les moyens humains et matériels nécessaires à la pérennité , la promotion , le maintien de l’Hôpital de Sedan dans toutes ses structures , services , capacités d’accueil et emplois afin de pouvoir remplir sa mission de service public de proximité et de répondre en toutes circonstances aux besoins de tous les Usagers.
Par conséquent, le conseil municipal s’oppose à toute fusion, délocalisation, fermeture ou regroupement qui serait préjudiciable à la fois aux Usagers et aux emplois de notre ville.
Il y a aussi eu un voeu au Conseil Municipal de Charleville Mézières.

Repost 0
Published by Collectif de défense de l'hôpital Manchester
commenter cet article
25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 14:33

vouziersLe président de l'Union des Usagers du Vouzinois pour la Promotion et la Défense de leur centre hospitalier a écrit au directeur de l'Agence Régionale de Santé :

"...Suite à nos échanges et aux courriers adressés au Directeur du GHSA, Monsieur Mercier, j’avais demandé le 6 janvier 2011, à la réunion qui s’était tenue à Bel Air (Charleville Mézières), où en était la reprise d’activités du Centre de Planification et d’Éducation Familial du GHSA sur le site de Vouziers fermé depuis un an. Monsieur HURÉ, Président du Conseil Général avait pris la parole pour évoquer un problème de locaux. Des photos des locaux ont démenti cette affirmation. Depuis, un courrier plus explicite accordait une suite favorable à la réouverture de ce CPEF.
Ce jour je m’y suis rendu en espérant y rencontrer Mme Gauthiez Karine la spécialiste. Sur la vitre de la porte sont affichées deux informations contradictoires et imprécises :
1°) Que le CPEF est fermé sur l’initiative du Conseil Général qui en a la compétence.
2°) Que Mme Gatuthiez Karine consulte au CMS au titre du CPEF , sans en indiquer l’adresse, ni les jours, ni les horaires. Le CMS s’appelle la « MAISON DES SOLIDARITÉS » ce que j’ai appris. De plus, au lieu de proposer un accueil dans une structure neuve, spécialement conçue (avec 3 portes extérieures) on impose un lieu qui ne peut qu’être moins adapté et surtout avec moins de créneaux : le Lundi et mercredi 9h à 16 h et le jeudi de 8h30 à 12h30. (un mi-temps ?)
Notre Association n’a pas été informée de l’ouverture de ce nouveau service et de ses modalités.
Veut-on réellement faire connaître cette structure et en assurer sa promotion ? Veut-on limiter l’accès des jeunes gens du Vouzinois, d’un service d’INFORMATION et d’Éducation. ? A-t-on prévenu des établissements scolaires (2 lycées à Vouziers) de cet accueil spécialisé ?
Relevant de votre compétence, j’avais évoqué avec le Directeur du GHSA (par courrier seulement car trop peu communicatif) un grand nombre de personnes qui souffrent d’un cancer et qui se rendent parfois plusieurs fois par semaine dans des structures hospitalières de Reims. Qui a comptabilisé les SOUFFRANCES DES PATIENTS PENDANT LES TRANSPORTS, LES TRAITEMENTS et surtout le montant des DÉPENSES INDUITES (frais de transport  220 km ?) . Un cancérologue (ou un chimiothérapeute) qui effectuerait une demi journée à Vouziers, apporterait sans doute nettement moins de souffrances aux malades et également des économies, tout en permettant au spécialiste de bénéficier d’honoraires substantiels justifiés.
Pour ma part, je rencontre quotidiennement des malades en vraie souffrance dont l’éloignement des centres de soins accentue un sentiment d’INÉGALITÉ PROFONDE sur le territoire. ..."

L'UCHV tiendra son assemblée générale le mercredi 27 avril à partir de 18h15 au CPR à Vouziers.

Repost 0
Published by Collectif de défense de l'hôpital Manchester
commenter cet article
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 15:41

2avril 1Plus de 300 personnes ont manifesté samedi matin dans les rues de Charleville Mézières, de l'hôpital Corvisart au siège de la délégation territoriale de l'ARS dans les Ardennes.

En cliquant ici, vous pourrez voir une vidéo de la manifestation et en cliquant là, des interviews réalisées pendant la manifestation.

C'est dans toute la France que des actions ont eu lieu, donnant une visibilité toute particulière à ces rassemblements.

On a parlé, entre autre, remboursements transports sanitaires : allez donc signer la pétition que nous recommande la coordination nationale en cliquant ici.

Et voici, pour bien remettre cette journée dans son cadre national, le texte lu par Françoise Nay, vice présidente de la coordination des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité, à Paris : 2avril 2

En janvier dernier quand nous avons lancé notre appel, nous ne pensions pas qu’aujourd’hui plus de 100 organisations nationales associatives politiques et syndicales et 120 structures locales ou régionales nous auraient rejoints.

Un tel mouvement unitaire pour la défense de la santé, de l’hôpital, de l’accès aux soins pour toutes et tous, et la sécu, c’est du jamais vu ! et dans toute la France !

Des associations d’usagers comme AIDES,  Act-Up, association des paralysés de France, des organisations et syndicats de médecins, psychologues, sage-femme, les syndicats de la santé CGT CFTC SUD mais aussi interprofessionnel,  de nombreux  partis politiques, de nombreux comités et collectifs, la Ligue Des droits de l’Homme…. C’est toute la société civile qui se sent concernée.

Ce matin, des premiers rassemblements se sont tenus à Alès, Auch, Langon, Charleville, Creil,  Montceau les mines, Saint-Affrique, Tulle, Montpellier, et cet après-midi d’autres sont prévus à Amiens, Bordeaux, Bourges, Besançon, Caen, Clermont-Ferrand, Lille,  Lyon,  Nancy, Orléans, Rennes, Rouen, Tours, Toulouse…. Et d’autres encore.

La première réussite de cette journée c’est l’ampleur et l’unité de ce mouvement.
La deuxième, c’est vous tous ici.

Mais si nous sommes là aujourd’hui,  c’est parce que  la situation est grave. Nous voyons bien que l’accès aux soins devient de plus en plus difficile pour des millions de personnes, que les inégalités de santé se creusent, que les restructurations hospitalières s’accélèrent.

Et qu’au bout du compte, c’est notre santé qui est en danger !

Les remises en cause successives des principes de la sécurité sociale, avec les franchises, les forfaits, les déremboursements, la remise en question du 100% pour les affections de longue durée, de l’Aide médicale d’état,  conduisent de plus en plus de personnes à reculer voir à renoncer aux soins. Se soigner devient de plus en plus difficile et coûte de plus en plus cher.

Tout cela pousse vers l’assurance privée individuelle celles et ceux qui en ont les moyens et avec le projet d’assurance obligatoire sur la dépendance, c’est le principe même de solidarité de la Sécurité sociale qui est remis en cause.

Dans des zones rurales et dans des quartiers populaires, les médecins généralistes se font rares, certains spécialistes ont disparu, des déserts sanitaires se forment même en île de France. Et à Paris,  les dépassements d’honoraires appliqués excluent des soins des milliers de personnes.

Tout ceci n’est en rien le fait du hasard. Il s’agit bien des conséquences d’une politique de santé menée depuis des années et fortement accélérée avec la loi Hôpital Patient santé territoire. Une politique qui ne connait comme mettre mot que restriction des déficits publics, efficience, rentabilité, marché et privatisation.

La santé, ça peut rapporter gros ! la Générale de santé, Vitalia, Korian et d’autres groupes sont là pour nous le démontrer avec des des 400 à 650 millions d’euros de chiffres d’affaires annuels.

Les Agences régionales de santé qui ont aujourd’hui un an d’existence appliquent partout et en Ile de France comme ailleurs, à la lettre cette politique.

L’hôpital est en première ligne. Pas un secteur, pas un établissement qui ne soit concerné.

La chirurgie, avec l’épée de Damoclès qui pèse sur toutes les structures réalisant moins de 1500 actes par an, et que les ARS utilise pour imposer des rapprochements avant tout avec le privé lucratif. 

Les urgences, avec des projets aussi graves que la limitation de la permanence des soins  la nuit et les jours fériés à un établissement par département. En Ile de France, nous avons de la chance, M. Evin directeur de l’ARS serait d’accord pour deux sites par département.

Les maternités avec la poursuite des fermetures malgré la disparition de plus d’une maternité sur deux depuis les années 80.

Les centres d’IVG avec la disparition d’une centaine d’entre eux ces dernières années, conduisant à une véritable remise en question des droits des femmes. 

La psychiatrie qui subit les lois sécuritaires.

La gériatrie pourtant parent pauvre de toujours mise à mal.

L’Ile de France est aujourd’hui particulièrement touchée par les restructurations, avec celles qui se voient comme l’annonce de la fermeture de la chirurgie cardiaque de Mondor et celles plus insidieuses comme le regroupement de tous les laboratoires de biologie sur quelques sites au sein de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris.

L’existence même de l’AP-HP en tant que telle est fortement menacée sans compter les contraintes budgétaires conduisant à la suppression de 1000 emplois encore cette année, ses services soumis à restructurations, maternité de Saint-Antoine, urgences de Beaujon, pneumologie à Béclère, spécialités à Trousseau, services de gériatrie, Clémenceau, Dupuytren, Charles Foix..,  neurochirurgie, fermeture de l’Hôtel Dieu après celles de Saint Vincent de Paul et Jean Rostand.

Les hôpitaux hors AP-HP  ne sont pas moins touchés : la radiothérapie, fermée au Sud Francilien, menacé à Lagny et Argenteuil, et toujours au profit du privé. Même chose pour la cardiologie interventionnelle comme à Mantes la jolie et Gonesse. Les fermetures, fusions, partenariat public privé comme à Melun, Juvisy,  Dourdan, Beaumont sur Oise, Poissy saint germain…..

Les hôpitaux PSPH n’échappent pas au rouleau compresseur : Maternité des Bluets, service des maladies infectieuses à Sait-Joseph, hopital Léopold Bellan

Et en dehors de l’hôpital ce sont des centres de santé pourtant présentés comme une des solutions d’avenir menacés ou fermés dans le 11°, à Montreuil, Sartrouville.
Dans le  médico-social, désormais sous la coupe des ARS, ce sont les EHPAD qui à qui on applique le principe de convergence tarifaire, limitant encore leurs moyens pourtant notoirement insuffisants,  les associations,  les réseaux qui se voient amputer leur budget, et dont certains sont aujourd’hui en cessation de paiement ce qui remet en cause à très court terme leur existence.

Alors quoi, me direz-vous ? Devant une telle avalanche que pouvons nous faire ?

Rappelez-vous Carhaix, sa maternité et sa chirurgie et toute une population mobilisée. Et qui a obtenu gain de cause !

Et aujourd’hui, Guéret, où la radiothérapie va rouvrir ses portes après une lutte de plusieurs mois.

Auch,  où les lits de gériatrie sont maintenus.

Argenteuil, où  les services de cardiologie et de radiothérapie ne ferment plus.

Les  Lilas, la maternité qui reprend son activité. Le centre de santé du chemin vert maintenu.

Et nous ici,  qui sommes là pour dire : Il est temps de réagir tous ensemble !

Et de dire non ! Non à cette politique de casse systématique !

Non,  la santé n’est pas une marchandise !

Nous voulons que les vraies questions soient posées : celle de la  réponse aux besoins de la population, de l’évaluation de ses besoins donnant toute place à l’intervention citoyenne,   celle d’une santé accessible à toutes et à tous partout, de la solidarité et des moyens d’y parvenir.

Nous demandons l’arrêt des restructurations, des privatisations, une politique ambitieuse de formation de tous les professionnels du social et du sanitaire.

Nous exigeons que  l’humain soit au cœur de toutes les réflexions engagées.

Et demain, après le 2 avril ? Nous avons la volonté de continuer à peser ensemble. Nous avons prévu de nous retrouver très rapidement pour tirer les enseignements de cette journée et poursuivre dans l’unité.  

Nous appelons à développer une intervention citoyenne sous toutes ses formes,

en imposant les questions de santé dans le débat politique

mais  aussi en résistant et ripostant  partout dés aujourd’hui  

Pour cela, il nous faut continuer dans l’unité. Le 2 avril est un moment fort. Nous souhaitons qu’il ouvre la porte à un grand mouvement  de défense du service public de santé de la Sécurité sociale.

Alors je vous dis, à très bientôt, toutes et tous ensemble !

Repost 0
Published by Collectif de défense de l'hôpital Manchester
commenter cet article
24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 20:28

Dans toute la France LE 2 AVRIL 2011, toutes et tous dans l'action
A CHARLEVILLE MEZIERES
RENDEZ VOUS à 10 H 30 devant l'Hôpital Corvisart

Nous manifesterons jusqu'au siège de l'ARS (rue François Mitterrand)


hopital_en_crie.jpgLa mise en œuvre par le gouvernement de la loi HPST-Bachelot-Sarkozy frappe de plein fouet nos hôpitaux, nos maternités, nos centres d’IVG... C’est tout notre service public de santé qui se détériore, tant pour celles et ceux qui en ont besoin que pour celles et ceux qui y travaillent.
Les franchises médicales, les déremboursements, les dépassements d’honoraires, les restructurations hospitalières, les privatisations, le démantèlement de la sécurité sociale, la réforme de la dépendance, la mise à mal de la psychiatrie publique… remettent en cause l’accès aux soins pour des millions de nos concitoyens.

60 Organisations associatives, syndicales et politiques nationales représentant usagers, personnels et élus ont lancé cet appel national, relayé dans les Ardennes par : La coordination nationale des hôpitaux et maternités de proximité et ses collectifs de Charleville Mézières et Vouziers, ATTAC, la LDH, l'ADECR, l'Association de soins médicaux des usagers de la Pointe (Asmup 08), la FSU, Solidaires, l'UD CGT, l'USD CGT et ses syndicats dans les hôpitaux de Charleville Mézières, Sedan, Rethel-Vouziers et à la polyclinique du Parc, le NPA, le PCF, le PS.


USAGERS, PERSONNELS & ÉLUS…
IL EST TEMPS DE RÉAGIR ENSEMBLE !
Cet appel national doit avoir un retentissement tout particulier dans les Ardennes


hosto.jpgCar l'Agence Régionale de Santé (ARS) a décidé de mettre en oeuvre avec zèle les consignes de fermetures de services hospitaliers et de privatisation de notre système de santé. Après la fermeture de la maternité puis de la chirurgie de Vouziers, la fusion des hôpitaux de Rethel et Vouziers, la machine s'emballe depuis la loi HPST et la mise en place de l'ARS : fermeture de la maternité de Rethel, fermeture du service d'hématologie de l'hôpital Manchester.
Ce n'est qu'un avant goût des projets d'une ARS, Agence de Régression Sociale. Les directeurs des hôpitaux de Charleville Mézières, Sedan et de la Polyclinique du Parc viennent d'être sommés de présenter des projets de regroupements avec deux impératifs :
- Les sites de Sedan et de Charleville Mézières devraient être spécialisés (on pourrait se retrouver entre Sedan et Manchester dans une organisation voisine de celle existant il y a quelques années entre Corvisart et Manchester, si ce n'est que les distances sont toutes autres et on n'ose imaginer une seule maternité avec des femmes venant de Carignan ou de la Meuse obligées de venir accoucher à Charleville ou si le choix de Sedan est fait, des femmes de Fumay ou de Signy aller accoucher à Sedan)photo hôpital Sedan
- Le centre hospitalier de Charleville devrait intégrer des activités de court séjour privé avec des règles définissant les activités abandonnées au secteur privé : les malades n'auront plus le choix entre secteur public et privé mais deviendront captifs d'un système les obligeant à travers leur maladie à faire fructifier les actions de la Générale de Santé, propriétaire de la polyclinique.
Dans notre département où les indicateurs de santé sont déjà particulièrement mauvais (le taux de mortalité néonatale, par exemple, est supérieur à ce qu'il est dans l'ensemble de la France) cela va se traduire par des difficultés supplémentaires pour accéder aux soins.
D'autres projets sont également menaçants, des attaques contre l'hôpital de Fumay avec la fermeture de sa pharmacie et l'ouverture de maisons de retraites privées au détriment du secteur public facteur de discrimination en fonction des revenus.

Repost 0
Published by Collectif de défense de l'hôpital Manchester
commenter cet article
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 19:03

Deux directeurs, deux plans « d'économies » et des rabotages successifs n'auront pas suffi pour rétablir l' »équilibre » à l'hôpital de Manchester.
Un nouveau directeur est donc chargé depuis décembre d'en mettre un nouveau en place, tandis que le directeur de l'ARS a décidé d'enclencher la machine à tuer...le service public de santé ardennais !
Comme partout en France. Aboutissement de la loi « hôpital patients santé territoire » (encore appelé loi Bachelot) oblige !
Ainsi l'agence régionale de rabotage passerait carrément au sabotage de la santé publique pour favoriserait les cliniques privées.
Qui va payer ? Les usagers bien sûr !
Et en passant, les personnels, qui n'en peuvent déjà plus, mais vont devoir retrousser les manches ou changer d'établissement quand ils relèvent de la fonction publique, ou se résoudre à rejoindre la horde de chômeurs quand ils sont précaires.
La méthode ? :
- les informations distillées au compte-goutte...
- les fausses concertations sur « l'amélioration » (sic !) du système de santé comme celle qui a eu lieu à l'école d'infirmières de Bélair début janvier...
- les « bruits de couloir » pour prendre la température dans les services avant que ne tombent les vraies décisions...
- le courrier banal envoyée subrepticement aux élus des deux communes concernées par des mesures éventuelles
Nous réaffirmons
- que l'accès pour tous aux services de santé fait partie des droits fondamentaux de notre société,
- que les usagers ont besoin d'un service public solidaire au service de tous, et que la proximité est le gage de l'égalité des soins sur l'ensemble du territoire.
Nous exigeons le maintien de l'ensemble des services de maternité à l'hôpital de Manchester comme à Sedan.
Nous refusons toute collaboration entre établissements publics et établissements au service d'actionnaires privés assoiffés de profits sur le dos des usagers et qui veulent utiliser les bâtiments financés par les deniers publics pour prospérer encore plus.
Nous refusons que le service public soit gangréné par ces profiteurs qui n'ont que faire de la santé des citoyens : leur seul et unique but : se faire du fric. 

Nous en appelons à la mobilisation de tous : associations, usagers, soignants et élus .
Notre département n'a vraiment pas besoin de sinistres supplémentaires en matière d'emplois et de services publics.

Une journée de mobilisation nationale est d'ores et déjà programmée le samedi 2 avril.
Faisons de cette journée le « tous ensemble » du service de santé ardennais.

Repost 0
Published by Collectif de défense de l'hôpital Manchester
commenter cet article
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 21:27

L'Assemblée générale du Collectif de défense de l'hôpital de Charleville Mézières aura lieu le

vendredi 4 février à 18 h

à la maison des associations à Mohon

(ancienne mairie)

L'assemblée générale statutaire sera suivie par un débat, en présence de Paul Cesbron, responsable de la coordination nationale de hôpitaux et maternités de proximité en Picardie.

Ceci permettra de mieux situer les difficultés de l'hôpital Manchester dans le cadre des difficultés de tous les hôpitaux et d'envisager les actions à mener dans les Ardennes, en lien avec les actions nationales.

Tous ceux qui souhaitent s'informer sur la situation de l'hôpital, rejoindre le collectif, seront les bienvenus.

Repost 0
Published by Collectif de défense de l'hôpital Manchester
commenter cet article
7 septembre 2010 2 07 /09 /septembre /2010 02:26

De l'intérêt du service d'hématologie : un témoignage à lire en cliquant ici

Repost 0
Published by Collectif de défense de l'hôpital Manchester
commenter cet article
30 août 2010 1 30 /08 /août /2010 21:44

Le Collectif de défense de l'hôpital public de Manchester a découvert en cette fin du mois d'août la non -réouverture du service s'occupant des leucémies et des maladies du sang. La direction de l'hôpital a reconnu que la fermeture estivale initialement prévue jusqu'au 23 août va perdurer de façon certaine jusqu'au 7 novembre 2010, soit près de quatre mois.

Une réouverture du service en novembre, si elle a vraiment lieu, pourrait très bien n'être que provisoire et ne garantit en rien la pérennisation du service d'hématologie. En effet, un précédent a déjà eu lieu avec le service de neurologie. Ce service avait été de la même façon fermé pendant l'été puis avait perdu six lits en septembre. Est-ce à cela que la direction de l'hôpital et l'agence régionale de santé (ARS) veulent préparer la population ardennaise ? La réduction simultanée de cinq à deux zones de soins en Champagne-Ardenne, avec disparition de la zone spécifique Ardennes-Nord, contribue à légitimer les inquiétudes du Collectif quant à un regroupement forcé à Reims des services d'hématologie. Celui-ci ouvrirait alors la voie à d'autres regroupement régionaux. Ces restructurations se font sans que les usagers, les personnels et élus en soient clairement avertis.

Les conséquences de l'actuelle fermeture sont déjà lourdes et négatives. Les patients ont été répartis dans les autres services. Localement, une telle solution risque de devenir intenable dès la fin des vacances, quand l'hôpital va fonctionner de nouveau à plein régime. Le personnel soignant du service concerné a été ventilé pour suppléer aux carences de personnel. Cela entraîne une difficulté accrue pour maintenir la qualité des soins dans cette organisation boiteuse. Il en résulte aussi pour les malades une perturbation lourde dans leurs habitudes, avec des lieux et des interlocuteurs qui ne cessent de changer. Cette fermeture complique ainsi non seulement la vie des patients, mais aussi celle de leurs familles.

En cas de fermeture définitive, les patients seraient dirigés sur Reims. Pour visiter leurs proches, les familles devraient parcourir des distances accrues pour se rendre à Reims, jusqu'à 150 km entre Givet et Reims par exemple. Pour des raisons de coût (il n'existe pas de remboursement pour de tels trajets) et de temps, elles verront moins ou plus du tout leurs proches. Or la visite des membres de la famille joue un rôle important dans le moral et l'aide matérielle et administrative apportée aux malades. Qui plus est, obliger ainsi à circuler les malades ou leurs familles, le plus souvent par la route, est contradictoire avec la sécurité routière, et contredit tous les discours écologiques qui reprochent aux gens d'utiliser leur voiture pour circuler.

Le prétexte donné par l'actuelle direction de l'hôpital et l'ARS pour justifier la fermeture est le manque de personnel soignant et promet le recrutement en novembre d'infirmières. Comment croire que ces recrutements auront vraiment lieu alors que ces mêmes autorités appliquent avec zèle la politique gouvernementale qui a étranglé financièrement la plupart des hôpitaux publics ? Il est utile de rappeler que des dizaines de lits et d'emplois ont déjà été supprimés à l'hôpital de Manchester, conséquence d'un deuxième plan dit de « retour à l'équilibre ». Et cette cure d'amaigrissement des ressources de l'hôpital est toujours en cours !

Cette fermeture de service découle d'une gestion uniquement comptable de la santé qui a oublié l'humain. La mise à mal du service public hospitalier résulte de la restriction des ressources provoquée par la persistance d'exonérations massives des cotisations sociales patronales et par une logique de rentabilité qui ne favorise à terme que le privé.

Le collectif dénonce les conséquences de la fermeture des quatorze lits du service d'hématologie, et s'inquiète de ce qui s'apparente à un démantèlement, morceau par morceau, du principal hôpital ardennais. La maternité risque en effet elle de subir un déclassement de sa catégorie, ce qui serait désastreux, en particulier pour les naissances prématurées et la survie du service de pédiatrie. Outre que l'emploi local subirait au passage un coup sévère, c'est la question des soins de proximité qui est remise en cause.

Pour le Comité de défense de l'hôpital public de Manchester,

Jean DUTERTE, Vice-président.

Repost 0
Published by Collectif de défense de l'hôpital Manchester
commenter cet article
28 août 2010 6 28 /08 /août /2010 12:45

mut08Avec la Mutuelle Santé 08 (ex. Mutuelle de France 08), le Comité de Défense de l’hôpital de Charleville-Mézières, organise un débat sur la protection sociale et l'accès au soin 


Vendredi 24 septembre 2010 18H30

Hôtel de Ville de Mézières (salle N° 1)

avec la participation de Bernard TEPER,

Economiste, responsable éducation populaire de l’Union des Familles Laïques (UFAL)

teper


 Le constat parle de lui-même, l’étranglement budgétaire des hôpitaux, entraîne au chef lieu ardennais des dizaines de suppressions d’emplois et de lits dans les services, un découragement des personnels soumis à une pression morale et à une dégradation de leurs conditions de travail, un recrutement médical de plus en plus insuffisant.

S’ajoute à la situation hospitalière la poursuite d’un transfert de charges de l’assurance maladie – dont la réforme du financement se fait toujours attendre - vers les assurés et leurs mutuelles qui sont contraintes d’augmenter leurs cotisations, éloignant ainsi les plus modestes : franchises médicales, forfait journalier, médicaments déremboursés, … les sommes que les malades doivent payer de leur poche sont de plus en plus lourdes.

Cette situation est aggravée par la diminution du nombre de médecins libéraux (à Charleville-Mézières cette année : moins 6 généralistes !) et la pénurie dans certaines spécialités (dermato, gynéco, ophtalmo …), conséquence de l’imprévision des pouvoirs publics et de l’absence des mesures attractives souvent annoncées mais jamais mises en places.

Alors, on peut le dire : l’accès aux soins de qualité pour tous, particulièrement pour les plus démunis et les personnes fragilisées par la maladie ou le handicap, est, et risque de devenir de plus en plus un parcours du combattant où les difficultés financières empêchent certains de se déplacer jusqu’aux lieux de soins (Reims…) ou de régler les dépassements de tarifs ou les soins non remboursés !

Les assurés au premier rang desquels les mutualistes, mais aussi les militants associatifs dans le domaine de la santé, ainsi que les professionnels de santé, ne peuvent pas rester passifs face à cette dégradation du système de santé, et de la protection sociale en général. Ils sont donc appelés à en débattre et à envisager les actions publiques à mener pour stopper cette dégradation et faire des contre-propositions aux autorités sanitaires et politiques.

Repost 0
Published by Collectif de défense de l'hôpital Manchester
commenter cet article
19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 22:22

note serviceUne note de service est tombée aujourd'hui : le service de chirurgie ambulatoire est fermé une semaine de plus ; déjà en fin de semaine dernière, on avait appris que le service serait fermé cette semaine.

Cela désorganise tous les services de chirurgie avec des patients dispersés dans les services.


Mais il y a encore plus grave : le service d'hémato oncologie est fermé jusqu'au 7 novembre !

Alors que des malades avaient rendez vous lundi prochain dans le service ...

 

Repost 0
Published by Collectif de défense de l'hôpital Manchester
commenter cet article