Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 12:15

L'article de l'Union/l'Ardennais du 17 février, le soulignait dans son introduction : « le directeur de l'hôpital est un homme discret qui communique peu ». Sauf, semble-t-il, quand il s'agit de s'envoyer des fleurs...

Pourtant si la situation financière semble tendre à l'équilibre selon les dires du directeur, on peut s'interroger sur le prix déjà payé pour obéir aux directives de Mme Bachelot et de M.Bertrand.

Une note salée  pour les usagers auxquels on propose un formulaire de « satisfaction » à la sortie mais à qui on impose des files d'attente qui mobilisent parfois plusieurs heures au bureau des entrées et entraînent des décalages dans les consultations...

Des usagers incités fortement - lorsqu'ils sont couverts par une mutuelle ! - à choisir plutôt une chambre particulière qui « rapportera » davantage à l'hôpital.

Des usagers parfois renvoyés à leurs pénates le vendredi, dans le cadre de « l'hôpital de semaine » ou même définitivement même si des sorties trop rapides angoissent des familles qui se sentent bien délaissées...

Des usagers qui connaissent dépassements d'honoraires, forfaits divers et variés, consultations privées plus chères (mais plus rapides) au sein de l'hôpital public, etc, etc...

Une note salée pour les personnels, auxquels on a imposé la réorganisation des services sans une concertation digne de ce nom. La direction les dit « très satisfaits »de travailler 12 heures d'affilée ? Mais le seront-ils encore après 5 ou 10 années d'exercice,et de sacrifices en matière de vie personnelle ou familiale ? Feront-ils comme beaucoup d'autres, y compris de médecins qui « se sauvent » sur la pointe des pieds, considérant qu'ils ne peuvent plus exercer efficacement une profession demandant attention, prévention, disponibilité et bannit le droit à l'erreur ? Seront-ils alors remplacés par des personnels précaires, payés moins chers, qui ne pourront refuser les surcharges de travail de par leur situation personnelle, comme c'est déjà le cas ?

Et si l'équilibre financier n'était pas rétabli fin 2012, hypothèse qui reste probable, jusqu'où ira-t-on encore dans les « réductions de dépenses », à quels postes budgétaires s'attaquera-t-on ? Pas à celui de la pommade de Monsieur le directeur, en tous cas !

Partager cet article

Repost 0
Published by Collectif de défense de l'hôpital Manchester
commenter cet article

commentaires