Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2015 6 02 /05 /mai /2015 13:37

ou du parcours du combattant pour se faire opérer de la cataracte.

Se faire opérer de la cataracte quand on a du mal à se déplacer relève de la gageure ! Consultations payantes avant (avancer les sous, merci !), consultation dès le lendemain.
Encore faut il accéder ! Pas de dépose minute (l'espace devant le nouveau hall d'entrée s'est vu munir de barrières pour le réserver au personnel). Surtout il ne faut pas être seul accompagnateur, car il faut pouvoir aller chercher une chaise roulante, la reporter, faire avec les centaines de mètres séparant la sortie de l'hôpital de l'endroit où l'on a enfin trouver une place, et évidemment, quand c'est pour accompagner quelqu'un qui sort d'une intervention chirurgicale, ne pas la laisser seule, et la "promenade" en fauteuil sous la pluie particulièrement confortable quand on sort d'une opération, n'en doutons pas !
Sur cette question du stationnement, un adhérent du collectif a interpellé le président du conseil de surveillance : plus de trois mois pour avoir une réponse comme quoi il demandait aux services techniques de la ville d'étudier la question dans le cadre global du stationnement dans le quartier !
Sauf que les difficultés d'un plan global de stationnement dans le quartier sont réelles, anciennes et ne peuvent se régler rapidement en dehors de la rénovation du quartier.
Mais des solutions peuvent et doivent être trouvées en interne au domaine de hôpital pour pouvoir déposer ou reprendre une personne venant en consultation ou en hospitalisation, ou d'ailleurs simplement visiter un malade. Sauf que sans doute, cela nécessiterait un peu de personnel, comme la possibilité de recours à un brancardier pour accueillir à un dépose minute et un gardien pour s'assurer que le dépose minute n'est pas un parking !
Quant au surcoût de la chirurgie ambulatoire pour les malades et la sécu, il est passé sous silence ! L'hôpital touche autant de la sécurité sociale que ce soit en ambulatoire ou en hospitalisation complète (quand ce n'est pas plus pour certains actes, histoire de pousser au développement de l'ambulatoire à tout prix) mais le patient paie des consultations en plus quand c'est en ambulatoire, voir des médicaments ! On comprend mieux ainsi comment la pression est mise sur les malades pour se faire opérer en ambulatoire, même quand, pour des raisons de confort bien compréhensibles, ils ne le souhaitent pas ! Et quand c'est dans le groupement de coopération sanitaire privé (comme pour une cataracte), pas de tiers payant pour les soins avant ou après !

Partager cet article

Repost 0
Published by Collectif de défense de l'hôpital Manchester
commenter cet article

commentaires